Qui peut prévoir l’évolution de l’intelligence artificielle ?

L’Institut Hypermind-« Le Point » lance un grand concours de prévisions sur  l’évolution de l’intelligence artificielle , doté de  25 000 €  sur quatre ans. 



La dernière décennie a révélé que l’intelligence artificielle était possible. Que cela soit pour conduire des voitures, analyser des radiographies, reconnaître un visage, jouer une partie de Go, traduire un texte, ou composer une mélodie, les machines sont devenues championnes du monde. Rares sont les domaines où le cerveau domine encore – pour combien de temps ? – son rival numérique. Mais les « IA » d’aujourd’hui restent confinées à des tâches spécifiques. La quête du graal de l’intelligence dite « générale », c’est à dire semblable à la nôtre, ne fait que débuter.

Le défi technique, immense, est à la hauteur des enjeux géopolitiques et industriels. Car quiconque maîtrisera en premier les secrets de l’intelligence dominera le monde, puis via les robot les planètes alentour. Qui de la Chine ou des USA, des dictatures ou du monde libre, s’armera plus vite du génie des machines ? Et peut-on encore imaginer qu’un outsider vienne à l’avenir disputer l’IA aux GAFAM, comme naguère le Macintosh de Steve Jobs mena l’insurrection contre la toute puissante IBM ?

Voici les sujets passionnants sur lesquels le concours « Intelligente Aurore » sollicite vos prévisions. Les questions vous sont posées par le professeur Jacob Steinhardt du laboratoire de recherche sur l’intelligence artificielle de l’université de Californie à Berkeley, avec le soutien de l’ONG californienne Open Philanthropy.

INTERVIEW

Professeur Jacob Steinhardt

Concepteur du concours, membre au laboratoire de recherche sur l’intelligence artificielle de l’université de Californie à Berkeley

Qu’est ce qui a motivé la création de ce concours ?

Jacob Steinhardt : Mes collaborateurs et moi avons trouvé passionnantes et instructives les prévisions issues des précédent concours Hypermind sur les progrès techniques de l’IA jusqu’en 2030. Cependant, certaines questions qui nous intéressent en tant que chercheurs n’étaient que partiellement abordées. Nous souhaitons en particulier estimer les progrès possibles sur des problèmes qu’aujourd’hui beaucoup de gens considèrent difficiles. Les conséquences industrielles et géopolitiques nous intéressent aussi.

Comment avez-vous choisi les questions ?

Certaines questions ont été choisies pour mettre en évidence des problèmes particulièrement  difficiles à résoudre pour les IA actuelles. Des tâches vers la résolution desquelles il n’y a pas encore de tendance claire. Ainsi, par rapport à certains exercices de prévision où l’on dispose déjà d’un historique de progrès, ces prévisions peuvent être plus difficiles à faire et exiger plus d’ingéniosité, mais elles seront aussi plus instructives. Les questions géopolitiques et industrielles sont également intéressantes, car elles opposent les protagonistes déjà bien établis à des challengers potentiels. Par exemple, les IA chinoises surpasseront-t-elle les IA américaines ? Le thème commun à toutes ces questions est d’interroger à quel point nous devons nous attendre à des surprises.

A quoi serviront les prévisions issues du concours ?

Les prévisions collectives informeront mes propres estimations du rythme futur des progrès de l’IA. En outre, je m’intéresse aux moyens de combiner l’apprentissage automatique et le raisonnement humain dans le but de concevoir de meilleurs systèmes de prévision. Ce concours permettra d’établir un bilan objectif des capacités de prévision humaines, en particulier sur des horizons temporels de plusieurs années.

Est-il étrange de faire appel à l’intelligence collective pour prévoir l’évolution de l’intelligence artificielle ?

Je ne le pense pas. En fait, je pense que l’intelligence collective et l’IA sont naturellement synergiques. Mais même sans tenir compte de cette synergie, les techniques de prévision éprouvées comme celle-ci devraient être applicables à l’IA comme à de nombreux autres domaines.

Jacob Steinhardt

LES QUESTIONS

Le concours propose les six questions ci-dessous à quatre horizons : mi-‘22, mi-‘23, mi-’24 and mi-’25.  Elles seront introduites une par une sur un rythme hebdomadaire.

Mi-202X, qui de la Chine ou des États-Unis aura conduit la plus grande expérience d’apprentissage automatique, mesurée en fonction de la puissance de calcul utilisée ? 

Mi-202X, quelle puissance de calcul aura utilisé la plus grande expérience d’apprentissage automatique non chinoise et non conduite par Google, Facebook, Microsoft, Deepmind ou OpenAI ?

Mi-202X, quelle performance sera atteinte par une IA sur le test de problèmes mathématiques MATH ?

Mi-202X, quelle performance sera atteinte par une IA sur un test massivement multitâche de compréhension du langage ?

Mi-202X, quelle performance sera atteinte par une IA sur le test d’identification d’actions dans les vidéos de la base de données Something Something V2 ?

Mi-202X quelle performance sera atteinte par une IA en matière de reconnaissance d’images délibérément altérées pour être trompeuses ? 

Pour demander une démo ou simplement nous poser vos questions.